Comment se déroule l’installation d’une pompe à chaleur ?

7 octobre 2020
L’installation pompe à chaleur, est un investissement important qu’il vaut mieux considérer à juste titre dès le départ. Bien que le prix d’une pompe à chaleur puisse paraître élevé à l’achat, cela s’avère surtout un investissement rentable sur le long terme. Il faut savoir que l’installation d’une pompe à chaleur dépend du mécanisme thermodynamique utilisé. Il peut être aérothermique, géothermique ou hydrothermique. Chacun possède ses avantages et ses inconvénients en fonction de la source d’énergie utilisée et du système de diffusion thermique. Cet article vous aidera à mieux comprendre comment se déroule l’installation pompe à chaleur ainsi que le prix pratiqué en fonction du matériel.

L’installation d’une pompe à chaleur aérothermique

Pour un logement en construction ou en cours de rénovation, il est parfaitement possible de profiter d’une pompe à chaleur aérothermique. Et pour ce faire, il est nécessaire que le logement soit équipé d’un circuit de chauffage central. Il faut également disposer d’un espace extérieur entièrement dédié à l’installation de la pompe à chaleur fonctionnant sur le principe air eau. La PAC aérothermique absorbe la chaleur de l’air extérieur, afin de la restituer sous la forme d’énergie dans le circuit du chauffage central du logement. Si vous ne disposez pas d’une installation de chauffage compatible, il vous sera alors possible d’accompagner l’installation de la pompe à chaleur aérodynamique avec des ventilos convecteurs à eau. Le prix d’acquisition sera alors plus conséquent, mais le dispositif reste tout aussi fonctionnel. La PAC doit être disposée en dehors de l’habitation comme sur un jardin, un balcon d’appartement ou encore sur une terrasse. Dans le but d’obtenir des performances efficientes, il est nécessaire de placer le dispositif à l’abri des courants d’air, mais également loin du voisinage pour éviter les nuisances sonores. Le positionnement est crucial, car il détermine le coefficient de performance appelé COP. Une fois que la pompe à chaleur air eau est raccordée sur le réseau du chauffage du logement, il ne vous reste plus qu’à profiter de ce dispositif écologique.

Source : Viessmann Werke

L’installation d’une pompe à chaleur géothermique

Avant de se lancer dans l’acquisition d’une pompe à chaleur géothermique, il est nécessaire de consulter un professionnel et d’obtenir les autorisations administratives nécessaires. Au-delà du prix de la pompe à chaleur, différentes problématiques doivent être soulignées afin de pouvoir réaliser des économies sur le long terme. Bien que compatible avec des radiateurs anciens, il serait plus judicieux d’envisager de les remplacer, pour un fonctionnement efficient avec la pompe à chaleur géothermique. Le dispositif est malheureusement incompatible avec les convecteurs électriques, ce qui nécessitera obligatoirement un remplacement, augmentant une fois de plus le montant global de la facture. Il est préconisé d’utiliser des solutions de chauffage au sol ou des radiateurs basse température. Les diffuseurs de chaleur adaptés sont obligatoirement à utiliser pour obtenir un rendement optimal. Une étude de sol est alors nécessaire pour la disposition de ces différents capteurs, tout comme pour la disposition de la pompe à chaleur géothermique. Il faut prendre en considération la configuration du terrain pour choisir des capteurs horizontaux ou verticaux. Faire appel à un installateur qualifié, sera la solution idéale pour obtenir une véritable expertise. Il est également important de souligner que les démarches administratives sont obligatoires auprès de votre mairie. Avec l’obligation de rentrer en contact auprès de la DREAL, afin de remplir une déclaration supplémentaire, en cas de forage d’une profondeur supérieure à 10 m.

L’installation d’une pompe à chaleur hydrothermique

Contrairement à une pompe à chaleur géothermique, la PAC Hydrothermique nécessite d’atteindre la nappe phréatique à une profondeur de 30 à 100 m. Un forage vertical beaucoup plus profond est alors nécessaire ce qui implique bien évidemment des autorisations administratives particulièrement encadrées. Pour faciliter l’installation d’un tel dispositif, l’utilisation d’un puits existant est une solution à privilégier. Dans le cas contraire, un forage conséquent devra être envisagé, notamment un double forage dans un respect environnemental. Cette solution présente l’avantage d’avoir un puits capable de capter l’eau et un deuxième puits pour restituer l’eau à sa source. C’est une installation plus complexe que les précédentes pompes à chaleur, impliquant des travaux devant obligatoirement être réalisés par un professionnel. Pour un meilleur rendu énergétique, la combinaison avec un plancher chauffant prend véritablement tout son sens.

Le prix sur la mise en place d’une pompe à chaleur

Plusieurs paramètres sont indispensables pour déterminer le prix d'une pompe à chaleur.

• La surface du logement à chauffer et le nombre de personnes y vivant.

• Le remplacement d’un chauffage existant inadapté.

• Le climat global de la région.

• La prise en compte du coefficient de performance.

• Le choix de la pompe à chaleur bien que la PAC aérodynamique représente l’installation la moins onéreuse.

• Le recours à un fluide caloporteur ou l’utilisation d’une simple ventilation.

• La prise en compte d’options supplémentaires tels que le chauffage de la piscine ou encore la production d’eau chaude sanitaire.

En prenant en compte ces différents paramètres, l’ANAH estime que le prix moyen pour l’installation d’une pompe à chaleur se situe dans une fourchette entre 10 000 et 20 000 euros. Sachez qu’en cas de forage, il faudra compter environ 100 € supplémentaires par mètre linéaire, afin de disposer avec efficacité les capteurs verticaux. Pour la disposition d’émetteurs supplémentaires, il faudra compter entre 3 et 5000 euros supplémentaires, pour une utilisation couplée avec les radiateurs basse température. Si vous optez pour le plancher chauffant, comptez entre 40 et 75 euros du mètre carré.

Article suivant