Quelle PAC installer lors de la rénovation de votre maison ?

10 septembre 2020
Vous souhaitez rénover votre maison ancienne et opter pour un système de chauffage plus écologique et surtout plus économique ? Alors procéder à l’installation d’une pompe à chaleur est l'option idéale. C’est une solution durable qui va augmenter la valeur de votre habitation, ce qui explique que ce phénomène soit de plus en plus prisé par les particuliers lors de la rénovation de leur habitation. Mais transformer votre habitation en maison écologique s’avère être légèrement plus compliqué qu’installer une pompe à chaleur lors de la construction d’une maison neuve. Alors voici un aperçu des principaux critères à prendre afin de choisir la pompe à chaleur adaptée à la rénovation de votre maison ancienne, ainsi que les aides financières auxquelles vous pouvez prétendre.

Pompe à chaleur haute ou basse température

1. Radiateurs à haute température

Si vous possédez des radiateurs traditionnels, qui exigent une température d'eau supérieure à 50°C, vous avez le choix entre :

  • Une pompe à chaleur "haute" température qui viendra substituer une chaudière existante
  • Une pompe à chaleur "basse" température qui viendra compléter ou remplacer la chaudière existante. Cette dernière sera conservée pour les périodes de l’année les plus froides, lorsque la température d'eau de chauffage nécessite d’être supérieure à 50°C.

2. Radiateurs à basse température

Si vous possédez d’ores et déjà des radiateurs fonctionnant à basse température, à savoir à moins de 50°, il suffit de remplacer votre chaudière par une pompe à chaleur basse température, qui sont les meilleures en termes de dépense énergétique, pour obtenir une maison vraiment écologique.

Le choix de l’énergie renouvelable pour votre maison écologique

1. Pompe à chaleur hydrothermique

La pompe à chaleur hydrothermique implique le puisage dans une nappe souterraine de 30 à 100 mètres de profondeur. L’installation d’une pompe à chaleur hydrothermale dépend donc de l'existence et de la proximité d'une nappe d'eau présentant un débit et une température d'eau suffisants. Si tel est le cas, l'installation d'une pompe à chaleur hydrothermique est souhaitable. Elle possède un coefficient de performance (COP) élevé, tout en étant capable de produire de l'eau de chauffage jusqu'à 63°. De plus, elle peut être utilisée sur tous les émetteurs de chaleur : radiateurs traditionnels, radiateurs "chaleur douce", plancher chauffant et ventilo-convecteurs. L’installation d’une pompe à chaleur hydrothermie est toutefois soumise à une autorisation administrative.

2. Pompe à chaleur géothermique

La pompe à chaleur géothermique constitue une alternative particulièrement intéressante. Elle consiste à raccorder une pompe à chaleur à un capteur terrestre extérieur, horizontal ou vertical, consistant en réseau de tubes implanté dans le terrain et véhiculant de l'eau froide glycolée. L’installation d’une pompe à chaleur géothermique avec capteurs horizontaux nécessite de posséder un jardin suffisamment grand. Si vous habitez une région au climat rigoureux, les pompes à chaleur géothermiques sont plus performantes que les pompes à chaleur aérothermiques qui exigeront généralement un chauffage d’appoint supplémentaire, puisque l’air se refroidit sensiblement plus et plus vite que le sol. La pompe à chaleur géothermique consomme moins qu’une pompe à chaleur aérothermique et possède une durée de vie plus importante. L’installation exige toutefois la réalisation d’un forage et/ou d’un terrassement afin de pouvoir installer les capteurs, ce pourquoi ce type de pompe à chaleur est moins fréquemment installé en rénovation dans les maisons anciennes.

3. Pompe à chaleur aérothermique

Il existe un troisième type de pompe à chaleur : l'aérothermie. Celle-ci repose, le plus souvent, sur une pompe à chaleur en deux blocs. Une unité extérieure est placée près du logement et une unité intérieure est installée dans un local technique. L'unité extérieure récupère l'énergie contenue dans l'air extérieur et la transmet, via une liaison frigorifique, à l'unité intérieure qui alimente le système de chauffage existant. Toutefois, la pompe à chaleur air/air ne permet pas de produire d’eau chaude. Mais l'aérothermie peut aussi se pratiquer avec une pompe à chaleur air/eau en un seul bloc extérieur ou intérieur. La pompe à chaleur aérothermique puise la chaleur de l’air pour restituer de la chaleur en hiver et de l’air frais en été. Si la température du sol reste stable, celui de l’air est changeant, ce pourquoi l’aérothermie reste plutôt conseillée dans les zones à climat tempéré. Les pompes à chaleur aérothermiques sont également plus simples à installer en rénovation d’une maison ancienne que les pompes à chaleur géothermiques qui sont plus coûteuses et nécessitent plus de travaux.

De quelles aides financières puis-je bénéficier pour l’installation d’une pompe à chaleur lors de la rénovation d’une maison ancienne ?

Le crédit d’impôt CITE : vous devez être propriétaire de votre habitation dont la construction est achevée depuis 2 ans minimum. Le montant du CITE ne peut excéder 75 % de la valeur payée et le plafond est fixé à 2 400 € pour une personne seule et 4 800 € pour un couple soumis à imposition commune. Cette somme est majorée de 120 € par personne à charge.

Depuis le 1er janvier 2020, l’État propose MaPrimeRénov’, attribuée aux revenus les plus modestes. L’aide est calculée en fonction des revenus et du gain écologique apporté par les travaux et est cumulable avec les CEE, l'éco-prêt à taux zéro et la TVA réduite. Le montant est plafonné à 20 000 euros par logement.

Les aides et subventions de l’Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat. Les propriétaires, bailleurs et copropriétés aux revenus modestes, peuvent bénéficier de ces aides dans le cadre des programmes « Habiter mieux sérénité » ou « Habiter mieux agilité ». Le montant de l'aide peut atteindre 50 % du montant des travaux avec un plafond de 50 000 €.

Un taux de TVA réduit : Vous pouvez bénéficier d’un taux réduit de TVA à 5,5 % pour la fourniture et l’installation d’une pompe à chaleur dans votre résidence achevée depuis plus de deux ans. L’entreprise qui vous fournit en matériel et assure l’installation applique la réduction de TVA.

L’éco-prêt à taux zéro : il bénéficie aux propriétaires bailleurs ou occupants d'une résidence principale construite avant 1990 ou achevée depuis plus de deux ans. Le montant maximal du prêt sans intérêt est fixé à 30 000 € pour l'ensemble des travaux pris en charge.

Aides des entreprises de fourniture d’énergie : Les certificats d'économie d'énergie obligent les fournisseurs d'énergie à subventionner les travaux d'amélioration de la performance énergétique des logements. Ces subventions prennent la forme de prêts à taux réduits ou de primes cumulables avec le CITE, l'éco-prêt, la TVA mais pas avec les aides de l'Anah.

Dans tous les cas, avant de vous lancer dans des travaux de rénovation énergétique d’une maison ancienne, il faut tout d’abord réaliser un diagnostic thermique afin de vérifier l’état de l’isolation de votre logement. En outre, il convient également de se renseigner sur coefficient de performance (COP) des pompes à chaleurs. Le COP représente la quantité de kWh de chaleur produite pour un kWh d’électricité consommée. Le coefficient d’une pompe à chaleur doit être le plus élevé possible afin de réduire au maximum la dépense énergétique et ainsi obtenir une maison écologique.

Article suivant